News

Nephrowise, 1er enfant de la démarche InDemand en France

 

Présentée fin septembre à l’hôpital Foch, la solution Nephrowise, application numérique destinée à améliorer le suivi et la prise en charge des transplantés rénaux, est le résultat des efforts conjugués de cet établissement et de la start-up Sêmeia, dans le cadre du projet européen InDemand, coordonné en France par le Resah en partenariat avec Medicen et Choose Paris Region. Ce programme vise à élaborer une méthode duplicable de co-création afin de concevoir des outils de e-santé épousant parfaitement les besoins des patients et des professionnels de santé.

Question : comment suivre quotidiennement des transplantés rénaux alors que les visites de contrôle à l’hôpital peuvent être espacés de plusieurs mois ?

Réponse : grâce au système Nephrowise. Imaginée par la start-up française Sêmeia, spécialiste de l’accompagnement des patients de maladies chroniques, cette application a été mise au point en étroite collaboration avec l’hôpital Foch de Suresnes, dans le cadre de la démarche InDemand. « Il s’agit d’un projet européen chargé de développer une méthodologie et des outils associés permettant à des professionnels de santé d’être impliqués dans la co-création de solutions innovantes. Expérimenté en Ile-de-France, mais aussi à Murcia (Espagne) et Oulu (Finlande), ce nouveau modèle associe utilisateurs, financeurs, organisations institutionnelles de santé, pôles de compétitivité et entreprises d’une région », résume Louis Potel, responsable du pôle international et chef de projet référent innovation par la demande au Resah. L’hôpital Foch a accepté d’être établissement pilote parce que « le projet correspondait à la convergence de deux grands axes de notre stratégie : la transplantation et la télémédecine, particulièrement la télésurveillance », commente Philippe Guymarho, directeur des projets. Sollicité en janvier 2018, le personnel de Foch identifie plusieurs besoins, dont le suivi des porteurs de greffons rénaux. « Entre les consultations, les transplantés, en cas de problème, cherchent à consulter le service et utilisent le mél, l’appel téléphonique et même le courrier postal. Cette absence de canal dédié occasionne une perte de temps et d’énergie à la fois pour le patient et le médecin », explique le docteur Albane Brodin-Sartorius, du service néphrologie de Foch. Sélectionné par le comité d’évaluation d’InDemand, le sujet fait l’objet d’une consultation. Précision importante : l’appel à candidatures est réalisé auprès d’entreprises qui ont élaboré des prototypes et donc déjà travaillé sur le sujet. « Même s’ils sont volontaires, les professionnels de santé ont peu de temps à consacrer à la co-création. Il est donc contre-performant de les impliquer très en amont, lorsque les développements IT ne sont pas achevés », argumente Louis Potel. Ce parti pris permet aussi de raccourcir les délais et de matérialiser rapidement les bénéfices de la coopération.

 

Améliorer la relation patient/soignant

 

Parmi la dizaine de dossiers déposés, celui de Sêmeia est retenu. Un cadre de travail est fixé. « Il n’était pas question de contacter les équipes de l’hôpital à n’importe quel moment. Il fallait cadrer cette phase de coopération pour être certain de son bon fonctionnement », poursuit Louis Potel. Amélioré en fonction des observations et des tests effectués par les équipes de Foch et une vingtaine de patients également associés au projet, Nephrowise simplifie et améliore le suivi des personnes porteuses de greffons, grâce à un tableau de bord disponible dans un espace numérique sécurisé. Le médecin peut en un clic, à tout moment, visualiser l’historique du patient, ses antécédents et l’évolution des traitements.  L’outil accélère la réactivité de la prise en charge, avec un « chat », espace de dialogue en ligne. « C’est plus facile que d’appeler par téléphone. J’ai transmis mes analyses de sang et j’ai eu une réponse d’un néphrologue dans les 24 heures. L’affichage de l’historique du traitement est aussi très pratique, par exemple lorsqu’on consulte un autre médecin, si notre médecin traitant est indisponible. Concernant la confidentialité des données, le système sécurisé est plus rassurant que l’envoi d’un simple mél », confirme un patient de l’hôpital. Le dispositif sauvegarde aussi les ordonnances, planifie les rendez-vous et offre également des contenus pédagogiques destinés aux transplantés. Co-fondateur de Sêmeia, Daniel Szeftel insiste sur la double particularité de Nephrowise. En premier lieu, la solution allège au maximum la saisie demandée aux utilisateurs en récupérant des éléments déjà collectés ailleurs (dossier médical partagé, résultats des examens, SI hospitalier, historique des remboursements…). Réalisée par des algorithmes, l’analyse des données permet non seulement de déclencher des alertes, mais aussi d’anticiper. « Avec Nephrowise, on est capables d’attirer l’attention des soignants sur tel ou tel patient.  On peut par exemple prédire un arrêt possible de traitement des immunosuppresseurs, en fonction des scores de risque », illustre Daniel Szeftel. L’enjeu est désormais de dépasser le mode pilote. « Si la solution répond à 100% des besoins de l’équipe de néphrologie de l’hôpital Foch, il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas au bénéfice des autres établissements.  Cela sera le rôle du Resah de la diffuser le plus largement possible », conclut Louis Potel.